0

Malgré ses 70 épisodes, Story of Yanxi palace est un drama passionnant de bout en bout, notamment grâce à son héroïne tête brûlée et ses costumes sublimes.

Si j’ai souhaité le regarder, c’est avant tout parce qu’il entre dans le cadre du challenge Rattrapage de drama. Afin de quand même savoir de quoi il en retournait avant de me lancer dans cette aventure somme toute chronophage, j’ai lu le synopsis proposé par viki. Celui-ci m’ayant suffisamment intriguée, j’ai commencé son visionnage.

Déterminée à connaître la vérité sur la mort de sa sœur, Yingluo (Wu Jinyan) décide d’entrer au palais en tant que brodeuse. Très vite elle se démarque des autres, réussissant même à se rapprocher de l’impératrice Fuca Rongyin (Qin Lan). C’est alors qu’elle devient l’une de ses dames de compagnie

L’impératrice et Yingluo vont alors nouer un lien spécial. Si la première lui apprend les us et coutumes de la cour, la seconde fait échouer tous les complots à l’encontre de sa bienfaitrice. Mais plus elle s’approche de la vérité, plus la cruauté des mœurs de la cour se dévoile à elle : le harem de l’empereur Qianlong (Nie Yuan) est impitoyable.

Une histoire passionnante faite de rebondissements

Story of Yanxi palace est un drama assez long mais qui réussit le tour de force de rester intéressant de bout en bout. On est plongé dans cet univers situé en pleine dynastie Qing (et plus précisément lors du règne de Qianlong). L’histoire se base sur des personnages réels tout en apportant des éléments romancés pour donner du corps à la narration.

Qui dit palais, dit intrigues de cour. Dans ce drama, la plupart des péripéties concernent directement le harem de l’empereur et moins les luttes intestines des différents ministres à ses ordres. Même si parfois, les deux sont liées.

Certes, on n’évite pas certaines machinations inutiles voire forcées vers la dernière partie de la série. Ça se voit qu’elles étaient présentes simplement pour faire du remplissage et n’avaient vocation à rien d’autre. On aurait largement pu s’en passer pour développer d’autres aspects. Je ne veux pas trop en dire plus afin de ne pas spoiler.

Dans un sens, question rebondissements nous sommes servis. C’est aussi en cela que le drama reste passionnant. On n’a pas le temps de s’ennuyer. Il se passe toujours quelque chose. Les coups de théâtre étant fréquents, nous ne sommes jamais tranquilles. C’est certainement la raison pour laquelle j’ai été tant investie dans le récit.

De jolies complicités malgré une concurrence acharnée au sein du harem

Le harem de l’empereur est un univers très compétitif où les rivalités sont à leur paroxysme. En effet, chaque concubine est “classée”, et certaines ont un rang plus élevé que d’autres, leur octroyant davantage de bénéfices (plus de personnel, des dames de compagnie, un palais mieux situé, etc.).

Bien sûr, obtenir la visite de l’empereur leur offre la possibilité de concevoir un héritier, ce qui leur permet de sécuriser leur position. On voit donc que la place de la femme à cette époque est réduite à son rôle d’ornement et de génitrice d’héritiers, assurant la pérennité de la dynastie.

Chacune est donc perçue comme une ennemie par ses paires, qu’il faut annihiler d’une façon ou d’une autre.

Le harem de Qianlong autour de l’impératrice douairière

Ces sentiments de cruauté et insécurité se ressentent parfaitement grâce à une réalisation de toute beauté. Les plans des scènes intérieures démontrent une certaine opulence. Les pièces sont démesurément ornées, on ne sait plus où donner de la tête.

Tout ce vertige que l’on ressent nous aide à comprendre le confort matériel dans lequel vivent les différents personnages. Par opposition, nous prenons d’autant plus conscience de la froideur qui règne au cœur du palais. Certaines concubines n’ont pas une histoire très joyeuse, se trouvant dès leur plus jeune âge transformé en monnaie d’échange ou marionnettes de leur propre famille espérant l’ascension sociale.

Qui plus est, Qianlong est un empereur austère, aussi bien dans son gouvernement que sa vie personnelle. En tout cas, c’est ainsi que le drama nous le décrit. Son caractère en fait quelqu’un de presque détestable. Au tout début, je ne l’aimais guère. Complètement imbu de lui-même

Malgré toutes ces rivalités, de belles amitiés et complicités émergent. Il s’agit de véritables bouffées d’air frais à l’intérieur d’un palais étouffant.

Yingluo, une héroïne peu commune et qui ne se laisse pas faire

Dès le premier épisode on entre dans le vif du sujet avec d’un côté les concubines de l’empereur, au caractère bien trempé, et de l’autre les servantes, qui se font traiter comme des moins que rien. C’est là que Yingluo, l’héroïne tire son épingle du jeu. Elle tient bien à se faire respecter, quitte à outrepasser ses prérogatives. Son culot paie !

Voilà donc un petit brin de femme très déterminée à lever le voile sur la disparition de sa sœur, peu importe que cela lui cause ou non des ennuis.

Elle paraît parfois sans cœur et manipulatrice. Malgré tout, je ne peux m’empêcher d’éprouver de la sympathie pour elle. Je la trouve tellement courageuse et avec des idées assez progressistes pour l’époque. C’est ce qui fait son charme.

On est donc loin du cliché de la gentille héroïne avenante, sans mystères ni mauvaises intentions et qui fait le bien autour d’elle. Au contraire, Yingluo est davantage nuancée, la rendant plus humaine et donc vraisemblable. Elle possède ses forces tout comme ses faiblesses.

En conclusion, Story of Yanxi palace est un gros coup de cœur et certainement, avec Nirvana of Fire et Three miles of peach blossom, l’un de mes c-drama favoris.

Je ne saurais que trop vous le conseiller si vous souhaitez un drama long, qui traite d’intrigues de palais, tout en mettant en scène une héroïne forte.

image du produit

Story of Yanxi palace

8.6

Un drama captivant et très beau dans sa réalisation, malgré de petites longueurs.

Points positifs
  • L'héroïne tête brûlée qui use de nombreux stratagèmes pour arriver à ses fins
  • De belles amitiés naissent dans ce drama
  • Une histoire captivante faite d'intrigues au sein du harem du roi
Points négatifs
  • Des courtisanes qui ne cessent de chercher les faveurs de l'empereur
  • Quelques intrigues qui auraient pu ne pas exister
Nico
Passionnée de mangas, anime et drama, j'ai créé ce blog afin de partager mes coups de cœur ainsi que mes déceptions.

Mes 4 webtoon romantiques du moment

Précédent

Liste d’envies #10 : semaine 44

Suivant

Vous aimerez peut-être

0 0 voter
Note de l'article
S’abonner
Notifications pour les
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments

Plus dans la catégorie Drama