Tops

Ces 11 animes qui m’ont fait lire le manga

Depuis toute petite, je baigne dans l’univers de la japanimation – merci France 5 et Midi les zouzous. Je n’ai commencé à collectionner des mangas que plus récemment, il y a environ un peu plus de 10 ans. Ainsi ai-je souvent découvert un manga grâce à son adaptation animée. Ça tombe bien puisque j’ai envie de vous parler de 11 titres qui sont dans ce cas-là, à travers cet article.

Vous commencez à me connaître, et sûrement vous ne me voyez pas parler très souvent d’animes. Ce n’est pas faux. C’est pourquoi, je souhaite me rattraper en évoquant plusieurs adaptations – qui m’ont plu – et m’ont permis de m’intéresser au support originel. Mais avant cela, petite explication.

Entre 2013 et 2018, j’ai fait plusieurs pauses plus ou moins prolongées vis-à-vis de tout ce qui tournait autour des animes (et même des mangas). M’étant tournée vers la k-pop, mon argent partait donc ailleurs. Pas grand chose ne piquait mon intérêt dans les sorties (animes) et je ne parle même pas de mon manque de place pour stocker décemment tous mes mangas. Total : j’ai manqué pas mal de pépites et j’ai du retard à rattraper. Néanmoins, que ce soit avant ou après ma pause, j’ai dû prendre le train en marche avec des titres déjà disponibles en VF mais que j’ai tentés après l’anime.

En 2008, quand j’ai commencé à collectionner des mangas – autres que 2 ou 3 tomes épars – Fullmetal alchemist, Fruits basket et consorts existaient déjà en manga. Puis 10 ans après, je suis surtout restée dans ma zone de confort – revenir à ce qui nous plaît (ou ce qui a le potentiel de nous plaire) est essentiel pour mieux reprendre. Mais pour sortir un peu de ce dont j’ai l’habitude, j’ai fait des animes un moyen de tester l’histoire d’une série. Il s’agit d’une démarche totalement personnelle, qui me correspond tout à fait, à présent. Et puis pour les séries qui ne disposent pas d’animes, je peux faire confiance aux recommandations d’autres lecteurs et lectrices.

Trêve de bavardages, je reviendrai sûrement ultérieurement sur mes critères pour choisir les mangas dans un autre article. Passons à ces 11 titres, longuement teasés mais pas encore dévoilés – sauf dans l’image de couverture 😛

Fullmetal alchemist

Je connaissais rapidement Fullmetal alchemist, car à l’époque, il était diffusé sur Canal+ mais pas en clair (comme d’autres animes de la Kaz’ style Great Teacher Onizuka). Lorsque j’ai commencé à m’intéresser davantage à l’univers de la japanimation, j’ai voulu tester cette série.

Edward et Winry accompagnés de nombreux autres personnages de Fullmetal alchemist

Grand bien m’en a fait puisque je suis tout de suite devenue fan de l’histoire – poignante et qui aborde de nombreux sujets forts. Je me souviens encore des larmes versées lors de certains passages mais également des crises de fou rire. À ce jour, Fullmetal alchemist est peut-être l’une de mes séries fétiches, et ce de façon intemporelle.

J’avais également été charmée par le premier opening du groupe Porno Graffiti, Melissa, mais également les trois autres, tout autant cultes même des années après ! Et que dire de la mythique chanson Brothers ? Elle continue de me bouleverser !

L’anime offre une sublime introduction à l’univers du manga, malgré les libertés prises sur la fin – la série n’était pas terminée. Les personnages m’ont beaucoup séduite ; en particulier le côté teigne d’Edward – et pourtant je n’aime pas trop les braillards.

Fruits basket

Lorsque ma sœur m’a parlé pour la première fois de Fruits basket, j’étais un peu réticente à commencer l’histoire. Puis, par je ne sais quel concours de circonstance j’ai voulu découvrir l’anime. Et ça m’a plu !

Kyô, Tohru, Yûki et Shigure – Fruits basket

Cette première adaptation du manga de Natsuki Takaya n’est pas exempte de défauts – surtout parce qu’elle reprend la série de façon un peu aléatoire… Mais, elle m’a permis de me réconcilier avec mes aprioris sur les shôjo (désormais totalement balayés, je me suis bien rattrapée :p). Eh oui, avant d’être une grande amatrice de shôjo, je vouais un culte au saint shônen. C’est donc grâce à Fruits basket – et cette version animée bancale – que j’ai commencé à vraiment m’intéresser au shôjo. D’ailleurs, l’opening For fruits basket me rappelle de nombreux souvenirs ! ♥

C’est justement cette fin un peu bizarre, qui donne l’impression que ce n’est pas terminé, qui m’a motivée à enchaîner sur le manga. Dit comme ça, ça pourrait paraître bizarre… mais je vous assure que c’est la vérité !

Inu Yasha

C’est une amie de fac qui m’avait parlé de cette série. À l’instant où je l’ai commencée, j’ai été séduite et ai enchaîné les 167 épisodes assez rapidement. J’ai même regardé les films.

La joyeuse bande de personnages d’Inu Yasha

L’univers folklorique et fantastique avec une histoire de voyage temporel m’a beaucoup plu. J’adore le contraste entre le Japon de l’époque Sangoku et celui de l’époque contemporaine. Quand on a un personnage au caractère aussi bien trempé que Kagome, cela donne des étincelles et nous fait rire !

En plus, c’est l’occasion de se familiariser avec les démons et autres oni, tout comme les légendes qui leur sont associées. Il y a aussi de l’aventure, puisque notre héroïne, aidée d’Inuyasha, part en quête des fragments d’une pierre très puissante, qui, si elle tombe entre de mauvaises mains, risque de plonger le monde dans les ténèbres (c’est grosso modo ça, j’exagère peut-être un peu). Puis, au fur et à mesure, leur petite équipe va s’agrandir. J’aime cet esprit de bande où les personnages, qui ont parfois des intérêts différents, se joignent aux protagonistes pour les aider.

L’anime est très complet et fidèle, mais là encore, il n’adapte qu’une partie de l’œuvre de Rumiko Takahashi. Il faudra attendre environ 5 ans pour voir la fin en version animée (Kanketsu-Hen a débuté en 2009). De mon côté, j’avais découvert la série en 2008, puis me suis concentrée sur le manga en commençant sa collection. L’acquisition des 56 tomes est encore en cours. x)

Gakuen alice

Gakuen alice fait partie de ces animes, avec peu d’épisodes (26 au total), qui permettent une bonne introduction à l’histoire et donnent envie de lire le matériel d’origine. J’aurais découvert l’histoire par le manga, je pense que mon expérience avec l’anime aurait été un peu moins positive.

Mikan et ses camarades – L’académie alice

Cette adaptation se veut un peu plus enfantine et légère que le manga. On effleure à peine l’ensemble des enjeux de l’histoire, ceux-ci étant juste mentionnés. Malgré tout, j’ai quand même passé un agréable moment. En cela, l’anime a totalement fait le job puisque j’ai ensuite basculé sur le manga de Tachibana Higuchi, qui, pour moi, propose une ambiance très différente teintée de mystère, de drame et de belles réflexions.

Host club

Comme pour Gakuen alice, l’adaptation de Host club s’intéresse à une partie de l’intrigue, pour mieux nous donner envie de découvrir le manga.

Haruhi et le club d’hôtes de son lycée – Host club

L’anime de Host club mise beaucoup sur le côté comique de l’histoire avec de nombreuses situations drôles, voire hilarantes. Il permet de présenter l’univers, les différents personnages et leur psychologie. Voir Tamaki bouder est absolument tordant par exemple.

Le tout est magnifié par un opening qui me donne toujours autant envie de le chanter (même si je risque de casser la vaisselle) : Sakura kiss. Maintenant, je l’ai dans la tête !

Masked noise

Masked noise est un peu atypique puisque j’ai commencé quelques épisodes de l’anime, puis après je l’ai complètement abandonné pour me consacrer au manga. Je pense le reprendre un jour (avant qu’il ne disparaisse du catalogue d’ADN), après avoir terminé les 18 tomes de la série.

Yuzu, Nino et Momo de Masked noise

Je ne voulais pas être spoilée, mais l’histoire m’intriguait tellement ! Le peu d’épisodes que j’ai vus (3 si ma mémoire est bonne) m’a convaincue assez rapidement sur le fait que ça me plairait.

C’est une série musicale mais il n’est à mon avis pas nécessaire d’avoir le son pour l’apprécier. Ma lecture me donnera raison. Le manga est tellement intense et brut de décoffrage, qu’on arrive parfaitement à vivre ce que ressentent les personnages. Et l’anime parvient vraiment à retranscrire cela, dans ce que j’ai regardé.

Yona – Princesse de l’aube

Avant de tomber totalement d’amour pour cette série, j’ai voulu tester l’histoire grâce à l’anime. J’avais commencé les premiers épisodes puis après une longue pause (de plusieurs années comme je l’ai expliqué en introduction), je l’ai repris. Et j’ai complètement adhéré ! C’est d’ailleurs Yona qui m’a remis le pied à l’étrier dans l’univers anime.

Yona et son équipe, à l’aube d’une nouvelle bataille – Yona princesse de l’aube

Cet anime est littéralement épique, avec de l’action, de l’aventure sans oublier des sentiments. On s’attarde évidemment beaucoup sur l’héroïne qui doit prendre son destin en main, si elle veut récupérer ce qu’elle a perdu. Yona est une protagoniste sympathique, qui change beaucoup. Et elle s’entoure d’une jolie équipe de bishies, tous plus charmants les uns que les autres. J’apprécie également le côté fantastique et l’univers historique dans lequel le récit se déroule. Il y a donc tout un côté politique qui m’attire.

Forcément, comme la saison 2 n’a pas encore pointé le bout de son nez (et je me demande si on en aura une un jour), j’ai voulu me mettre au manga pour plonger plus intensément dans l’histoire de Mizuho Kusanagi.

Boruto

Je n’ai pas terminé Naruto, en anime, après avoir décroché dans l’histoire. Quand j’ai vu que de nombreux fans avaient été déçus, ça ne m’avait pas forcément encouragée à poursuivre. Puis Zorro Boruto est arrivé et j’ai souhaité donner une seconde chance à l’univers. Cette suite pourrait d’ailleurs me motiver à reprendre mon visionnage stoppé plusieurs années auparavant.

Mitsuki, Boruto et Sarada aux côtés de Naruto et Sasuke

L’adaptation de Boruto mélange plusieurs supports dont le manga, ce qui fait que l’ambiance est un peu différente, moins sombre en réalité. Malgré tout, j’ai apprécié qu’on nous emmène doucement dans ce nouveau récit, en parlant de la genèse de ce héros et ses amis. Les fillers sont quand même présents et je les saute sans honte. Par contre, je ne manque aucun épisode canon.

Regarder Boruto me rappelle les débuts de Naruto. La filiation est évidente puisque Masashi Kishimoto supervisait la série ; il est à présent au scénario depuis le chapitre 52. À présent, je suis le manga en parallèle (avec un peu de retard), qui pour moi est tout à fait complémentaire à l’anime. Le manga se suffit en lui-même, mais l’anime permet de développer l’ensemble du lore.

Haikyû!!

En 2020, j’étais en pleine frénésie de shônen sportifs et je suis tombée sur Haikyû!!. Bien évidemment, je connaissais de nom la série, mais j’attendais le moment opportun pour la commencer. Une fois prête, j’ai enchaîné les épisodes à vive allure. Me voilà tombée dans la marmite Haikyû!!, que je n’ai plus quittée depuis.

La team Karasuno, quasi au complet – Haikyû!!

J’ai immédiatement accroché à l’histoire – très prenante – et son héros super solaire (en même temps avec un nom comme le sien – Hinata, si on n’est pas rayonnant un minimum… x)). C’était une vraie bouffée d’oxygène ! Qui plus est, tous les autres personnages ont un traitement très poussé, que ce soit les garçons de l’équipe de Karasuno ou ceux des autres équipes. D’ailleurs mes 5 chouchous appartiennent à différentes équipes !

Il y a quelque chose, que je ne saurais pas trop expliquer, qui m’a donné envie de suivre la série en manga, qui se déroule sur 45 volumes.

Jujutsu kaisen

Impossible de passer à côté du phénomène Jujutsu kaisen. Et pourtant, je n’ai commencé à m’y intéresser que lorsque l’anime a commencé sa diffusion. Quand on voit sa TL pleine de captures d’écran des personnages, ça attire forcément la curiosité !

Nos trois gais lurons de Jujutsu kaisen : Itadori, Megumi et Gojô

Allez, je l’avoue clairement, c’est Gojô qui m’a particulièrement intriguée. Avec son look de Kakashi qui porte son masque sur les yeux, il a de quoi rendre curieux ! Il n’a de commun avec le genin de Naruto que l’apparence. Pour le reste, ils sont très différents. Mais je trouvais la ressemblance assez drôle !

D’un point de vue animation, c’est du très lourd avec une qualité époustouflante dans les scènes de combat. Mais ce qui m’a donné envie de tenter le manga, c’est vraiment l’univers créé par l’auteur, Gege Akutami. J’apprécie énormément les histoires traitant de malédictions, de magie et autres pouvoirs surnaturels. (Ce n’est pas pour rien que j’ai dû revoir Charmed au moins dix fois ! 😛 Quoi ? Y a pas de rapport ? J’avoue !) Le charisme de Sukuna a également joué, il faut le reconnaître !

Tokyo revengers

Tokyo revengers est ma toute dernière découverte – et ce, grâce à son adaptation anime. J’avais vu passer la série, éditée chez Glénat, sans trop m’attarder dessus. Ne me tapez pas, il sort tellement de titres que c’est parfois difficile de ne pas louper des pépites.

Takemichou, Mikey et Draken – Tokyo revengers

L’anime a démarré il y a quelques semaines et il m’a suffi d’un épisode pour me convaincre d’acheter le manga ! Pour que la surprise soit complète, je n’avais pas lu le résumé. Je savais juste que la série appartient au genre furyô, que je ne lis pas habituellement. Mais comme on dit, il faut un début à tout ! Et c’est Tokyo revengers qui me donne envie de m’y aventurer.

Même si le concept de voyage temporel n’est pas novateur, j’ai été très rapidement happée par l’univers. Ses héros, aux blessures et à la psychologie très intéressante, m’ont touchée. J’adore notamment le trio Takemichi – Mikey – Draken. Ils forment une dynamique assez sympathique. Bref, j’adore ! Pour le moment, je n’ai pris que le premier tome ; le second n’était pas disponible. Donc j’attendrai un peu avant de démarrer ma lecture.


Et vous, y a-t-il des animes qui vous ont donné envie de lire le manga ? Lesquels ? Ou au contraire, préférez-vous découvrir d’abord le manga pour ensuite vous plonger dans son adaptation ?

Et vous, qu'en pensez-vous ?

C'est génial
0
Je suis ravi(e)
1
J'adore
2
Hum...
0
C'est absurde
0
Aena
Passionnée de mangas, anime et drama, j'ai créé ce blog afin de partager mes coups de cœur ainsi que mes déceptions.

Ça pourrait vous intéresser

0 0 votes
Note de l'article
S’abonner
Notifications pour les
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

4 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

Plus d'articles dans :Tops

0 %